jeudi 16 octobre 2014

Quand des élus essaient de s'attaquer au statut de forêt de protection.

Le statut de la forêt de Sénart est-il solide ?

Absolument.

Pour en savoir plus vous trouverez sur la droite une page spécialement dédiée à cette question. 


Mais...

Voici une intervention récente de M.Daniel Laurent, sénateur UMP (maire, président d'agglo, vice-président du Conseil général de la Charente-maritime, président de la communauté de communes de la région de Pons...n'en jetez plus). Monsieur Laurent estime  que les procédures de déclassement de sites classés en forêt de protection sont trop restrictives. Ainsi, pour "un simple projet d'urbanisme en limite de massif",la procédure serait de 12 à 18 mois.


Monsieur Laurent souhaite une "simplification" des procédures et surtout que ces procédures soient "déconcentrées" au niveau des préfets de région. On sent une timidité: Monsieur Laurent parle de "préfet de région" mais dans son coeur, il voudrait gérer un programme immobilier dans sa commune sans être gêné par toutes ces ennuyeuses contraintes.

Dans sa réponse du 30/10/2013, le gouvernement précise à Monsieur Laurent que "la procédure ne prévoit pas de déclassement" et rappelle les règles qui régissent les forêts de protection, notamment la décision prise en conseil d'Etat, la centralisation de la procédure et "l'interdiction de tout changement d'affectation des sols"


Bilan: 

1) des sénateurs-maires viennent défendre des projets locaux (inspirés par des défenseurs de l'interêt général immobilier ?) sans même connaître les lois  qu'ils viennent discuter. Bon Dieu d'bon Dieu, c'est absolument  lamentable.

2) le statut de la forêt de protection est solide, parce qu'il est défendu par le Conseil d'Etat et par ...les gens. Mais rien n'est jamais acquis. Surveillons gentiment tous les Daniel Laurent de France et de Navarre qui veulent tellement que "ça s'assouplisse".

Information complémentaire: 

Je n'ai trouvé qu'un seul cas de déclassement de forêt de protection :Décret du 12 juin 2008 portant déclassement d'une partie de la forêt de protection de Montferrier sur le territoire de la commune de Montferrier (Ariège) ). Comme le montre le document ci-dessous, ce déclassement est absolument atypique, étant lié à une antériorité de situation. C'est exactement la même chez nous, dans la forêt de Sénart: si l'aménagement de la Croix de Villeroy a été autorisé, c'est bien parce que ce projet était validé avant la décision de classement. A noter aussi que Monsieur Georges Tron prétend souvent être à l'origine du classement de la forêt. Il n'en est rien, la décision a été prise en 1991, Monsieur Tron était alors conseiller municipal à Amiens. Il n'a fait que signer le décret validant le classement, en 1995.


 (rapport d'activité du Conseil d'Etat, 2009 page 82) .



Nicolas Sarkozy ne sera plus jamais président (un merveilleux conte draveillo-mythologique, raconté par La Revue du Sanglier)

Même le moins catholique de nos lecteurs connaît l'histoire: un jour  au Paradis, Dieu façonna Adam avec un peu de glaise. Adam s'ennuyait donc Dieu lui fit une copine. Eve. Un jour, n'y tenant plus, Eve croqua la pomme et hop, malédiction divine: tout le monde dehors, et tu bêcheras éternellement la terre pour en tirer de maigres fruits.
Moins connu est le véritable drame qui se tramait dans le Paradis d'à côté, celui de Zeus et Jupiter. Chez nos voisins gréco-romains tout juste vêtus d'un bout de tissu les moeurs étaient, ouh là là, bien plus libres que chez Jeovah. 
Un jour taquin, Zeus pinca la cuisse de Jupiter et ainsi naquit un Fils. Zeus et Jupiter -qui avaient suivi l'affaire chez le voisin -donnèrent au fruit de leur amour une terre fertile pour qu'il y règne en suzerain attentionné. Au milieu de cette terre, ils plantèrent un Arbre d'Abondance, qui chaque jour donnait trois fruits: la pomme de la mairie, la poire de la communauté d'agglomération, et l'abricot de l'assemblée nationale. 
Ils dirent à leur enfant: "ici, c'est cool. Les fruits tu en manges tant que t'en veux. La seule chose que tu as à faire, c'est de biner un peu la terre et de temps en temps,  l'arroser de ta sueur".

Mais...l'enfant, grandissant- en assurance et en certitudes - se satisfaisait de moins en moins du travail de la terre. Il mangeait les fruits de l'arbre mais les trouvait sans saveur. Quand ses parents le regardaient, il faisait mine de gratter la terre mais bon, la plupart du temps, la binette restait au casier.
Souvent, on le trouvait assis au pied de l'arbre, rêvant à ces lumières d'au-delà du périphérique. Il songeait: "certes j'ai les fruits mais moi ce que j'aime....c'est la confiture!".

Le Couple Céleste  comprit: ils avaient donné à leur fils de quoi être le plus choyé des hommes. Mais il ne rêvait que d'être un Dieu. Bon, d'accord, demi-Dieu ça irait aussi en attendant mieux, du moment qu'on est dans le wagon, ça roule.
On ne déçoit pas ainsi les patrons du Cosmos. Fatalement, La Colère Divine s'abattit  sur les épaules de l'impétrant, et il fut condamné à  l'Eternel Tourment du Dépit. Dans le code pénal divin, c'est la grosse artillerie.
Tu t'énivreras du parfum de l'abricot
Tu t'étourdiras de la fragrance de la rose
Mais chaque fois que tu tendras la main pour les saisir
Devant tes yeux: le fruit pourrira, la fleur se fanera.

Et c'est ainsi que depuis la nuit des temps, Monsieur Georges Tron renifle à coup sûr qui va être le prochain président de la République, sauveur de la France et pourvoyeur de bons maroquins ministériels;  Balladur en 95, Villepin en 2009, Sarkosy en 2011 et Copé en 2013.

Aujourd'hui, Monsieur Georges Tron anime le "comité de soutien à Nicolas Sarkozy en Essonne".


Ça n'a pas loupé :François Hollande vient de reprendre 3 points d'opinion favorable; quant à  Alain Juppé , hé bien...
Je voue le disais: La Malédiction. Et pendant que Sisyphe entame sa 142 928ème ascencion du cratère,  à Draveil,  toujours pas de comités de quartiers, toujours pas de CLSPD, toujours personne pour nous représenter à l'agglo. Etc etc etc.
Vanitas vanitatum et omnia Vanitas.Telle est, chers lecteurs, la véridique histoire du tourment éternel qui frappe Monsieur Georges Tron. Prométhée peut aller se rhabiller et Nicolas Sarkozy...aussi !


(Mes remerciements au rédateur du site Draveilnews.fr, militant UMP qui vous propose sur son site sa vision de l'actualité nationale et locale, et qui a produit l'information sur ce nouveau comité de soutien)


mercredi 15 octobre 2014

la saga de l'agglo, la suite: dette, capacité économique, gouvernance, un point sur les futurs partenaires de la ville de Draveil.

L'ESSENTIEL DE L'ARTICLE.

On en parle partout (Illustration ci-dessous, le magazine de l'agglo chez nos voisins de Juvisy et d'Athis, septembre 2014) 

Mais pas à Draveil. Les communes vont bientôt être intégrées dans de grands ensembles ( 300 000 à 800 000 habitants), sortes de super-intercommunalités géantes.
Voici un sujet qui a l'air fort éloigné de vos préoccupations quotidiennes et pourtant...depuis longtemps déjà les décisions importantes -développement économique, emploi, quartiers sociaux, environnement, eau- échappent aux maires et ont été transférées dans les communautés d'agglomération. 

Les nouveaux ensembles -300 000 habitants en ce qui nous concerne -disposeront de larges pouvoirs et prendront des  décisions qui vous impacteront directement: infrastructures dans votre ville, constructions, déplacements, environnement, emploi....et feuille d'impôt.

Dans cet article, je vous présente le projet présenté par le préfet de Région pour notre commune: un regroupement de 300 000 habitants qui va de Paray Vieille Poste à Yerres.  Ce schéma n'est pas encore validé, mais bon, ça va sûrement se passer comme ça.

Ce périmètre pose trois problèmes de première importance: 

1)il est petit, entouré de 3 voisins puissants (2 grandes agglos et le Grand Paris au nord). Dépourvu de zones économiques, c'est aussi un territoire pauvre. Pas bon, ça, pas bon du tout....les ressources provenant des entreprises et des zones économiques sont essentielles pour les collectivités. 

2) les 3 collectivités ont des situations financières très différentes, notamment en ce qui concerne la dette. Côté Portes de l'Essonne (Athis Mons, Juvisy..) , ce n'est pas si mal: une collectivité qui investit beaucoup mais qui maîtrise son endettement avec des indicateurs au vert  (nous parlerons d'une notion importante à connaitre: "la capacité de désendettement"). 

Par contre du côté Val d'Yerres, c'est un gouffre abyssal et les inquiétudes exprimées par le maire de Draveil sur ce sujet sont légitimes.

3) la gouvernance: ces 3 collectivités fonctionnent de manière très différente depuis leur création. La "culture" est très différente chez uns et les autres. Forte intégration du côté des Portes de l'Essonne, correctement maitrisée financièrement. Une large gamme de compétences exercée en lieu et place des communes.

Du côté de Yerres, forte initiative publique qui a génère un haut niveau d'équipement mais aussi une dette extrêmement lourde.

Coté Sénart Val de Seine, chez nous donc, une agglomération très peu intégrée, très peu motivée. Un service minimum  qui n'a pas généré de trouble dans les budgets mais qui a vidé la collectivité de toute influence et de toute efficacité. La loi créant les intercommunalités était destinée à générer des économies d'échelle, à créer des synergies, à favoriser le "travailler ensemble" .Dans notre collectivité, très clairement, cela n'a pas été le cas.

L'article qui suit reprend les arguments développés ci-dessus en apportant des informations complémentaires: cartes pour bien visualiser la situation économique du territoire, dettes des uns et des autres et quelques explications qui vous permettront de comprendre pourquoi vous et moi, simples particuliers résidents de Draveil, nous devons nous intéresser à ces changements dans notre ville. 

lundi 6 octobre 2014

L'annexion du château de Villiers racontée par un témoin direct.

Ce témoignage fort intéressant est bien entendu publié avec l'autorisation de son auteur. 

"
Suite à votre dernier article concernant les Médiathèques avoisinantes de Draveil, j’aimerais vous apporter mon témoignage (de juin 1991 à juin 2008 j’ai occupé le poste d’agent du patrimoine qualifié à la Médiathèque) sur ce que j’intitulerai « Grandeur et décadence d’une structure communale » et qui peut permettre de comprendre pourquoi ça marche ailleurs et pas à Draveil. 

En 1988 la ville de Draveil, ayant pour maire M. Tournier-Lasserve, désirant créer un pôle culturel plus spacieux, achète le château de Villiers pour le franc symbolique, fait de nombreux travaux de réfection et y installe au RC une Bibliothèque avec une section adultes, une salle de consultation, construit une aile pour y mettre une section jeunesse avec une salle aménagée pour les contes et au 1er étage une Discothèque avec un fond de CD. Le 1er étage abrite également les bureaux des employés et la salle informatique. 

Cette magnifique structure de 1200 M² est ouverte au public en Septembre 1991. 

A sa tête un conservateur (trice), 2 assistantes de conservation et 8 autres personnes. 

Toute cette équipe, motivée, qualifiée s’affaire dans les tâches requises par un bon service public : animations, accueil du public, prêt retour et rangements des documents, expositions, contes pour enfants, réception des classes, rencontres avec des écrivains, conférences. 

La Médiathèque est ouverte 43 H par semaine du lundi au samedi et en continu les mercredi et samedi. Le public est très nombreux, et quelques mois plus tard l’informatique est mise en place. 

En 1995 G. Tron est élu et se serait bien passé de cette structure, qui coûte beaucoup et ne rapporte rien ! Au fil de ses mandats ,2001, 2008, les moyens en argent et en personnes ne cessent de diminuer, aucun investissement quant aux nouvelles techniques liées à l’informatique, pas de libre accès internet pour le public. Adjoints à la culture, Directeurs des services culturels, défilent selon la volonté du maire et en 2008, coup de grâce : G. Tron ferme la discothèque et décide d’investir le 1er étage du château de Villiers pour y installer son cabinet. Eva Loubrieux (la plaignante de l’Affaire) prend la direction de la Bibliothèque (avec quelles compétences ?) et en 2011 la section adultes est amputée de 150 m2 laissés à différentes associations. 

Je jette l’éponge, plus possible de travailler dans ces conditions et démissionne. 

Aujourd’hui quid de la Médiathèque et de son avenir ? 

3 personnes, pas de directeur, plus d’animations, 19 h d’ouverture et fermeture pendant les vacances scolaires faute de personnel. 

Discothèque relogée au Conservatoire dans l’ancien logement du gardien, soit une surface de 70 m2, et dont l’avenir est menacé, le bâtiment du Conservatoire étant en très mauvais état et dangereux. 

La Médiathèque de Draveil aurait-elle pu avoir un essor comparable à celle de la Communauté d’Agglomérations Evry - Ris-Orangis ? Oui si il y avait eu une entente et un dialogue avec les autres communes, Montgeron, Vigneux, faisant partie de la CASVS, d’autant plus que G. Tron en a assumé la présidence de 2002 à 2014, mais il apparait que Draveil fonctionne plus sur un système féodal que républicain et qu’une trop longue mandature (19 ans et 25 ans en 2020 !) a fini par faire confondre à notre maire l’intérêt général et l’intérêt particulier. 

Quel gâchis ! 

C. Fourneau
"
Envie d'écrire dans La Revue du Sanglier, vous aussi ? C'est possible, en votre nom propre ou anonymement si des conditions particulières - vous travaillez dans ou pour une collectivité, par exemple - vous contraignent à la discrétion. 

lundi 22 septembre 2014

Evry, Juvisy, Athis Mons...un vrai réseau de médiathèques pour nos enfants.


Introduction courte pour cet article car le problème dont je souhaite vous parler ici, vous le connaissez déjà parfaitement si vous êtes parent: nos enfants aiment les livres, nous les encourageons à les aimer, il leur faut toujours plus d'histoires de chevaliers, de dinosaures et de princesses magiques à lire le soir.
Un livre pour enfant, denrée périssable s'il en est coûte au moins 12 euros. Et il en faut beaucoup.

Les médiathèques publiques permettent d'avoir accès à une multitude de documents, livres, BD, magazines, pour un prix négligeable. C'est leur vocation.  C'est un service public indispensable:  Il donne un accès facilité à l'éducation. Il donne aux jeunes des milieux défavorisés les moyens d'entrer dès le plus jeune âge dans la spirale positive  qui les entrainera vers le haut: lire, s'intéresser, réfléchir, apprendre. 

A Draveil, l'offre est particulièrement insatisfaisante. Bibliothèques fermées pendant les vacances scolaires, offre très réduite...Au final, beaucoup de familles vont s'inscrire à la bibliothèque de Montgeron: accès pas toujours facile depuis Draveil, 50 euros par an pour les non-résidents, accès limité aux seuls documents de la médiathèque de Montgeron.

Du côté d'Evry et de Ris Orangis, la compétence "équipements culturels" a été renvoyée à l'échelon supracommunal: l'agglo. Comme à Draveil. Mais le résultat est très différent: toutes les médiathèques travaillent en réseau.
En vous inscrivant à l'une - 16 euros, gratuit si vous avez un lieu quelconque avec l'agglo (vous y travaillez, votre enfant y est scolarisé..) - vous avez accès à tous les documents d'une agglomération de 120 000 habitants, notamment la grande médiathèque de l'Agora. Vous pouvez vous faire livrer les documents dans votre médiathèque habituelle, il suffit de les réserver sur leur site internet centralisé.
Et ...ça marche de la même manière dans l'autre agglomération voisine, les Portes de l'Essonne (Juvisy, Athis Mons...): 200 000 documents à la disposition des lecteurs, avec une adhésion unique.

mardi 16 septembre 2014

Nous allons revenir au "dossier Joffre" à Champrosay mais d'abord...une bien nécessaire mise au point.

Un mot sur la technique habituelle pour convaincre sans trop d'efforts: l'Etat nous menace, Je suis le seul qui peut vous sauver, sans Moâ ce serait pire. Comme souvent Monsieur Georges Tron utilise de vagues rumeurs qu'il transforme en une pseudo-"menace précise" dont il serait le seul à pouvoir nous préserver.
 En 2009, c'était "l'Etat veut faire un PIG -un Programme d'Interet Général- sur le site Joffre, vite, il faut vendre au Crédit Agricole Immobilier et surtout tous vous rallier à mon panache blanc"
Blog des communistes de Draveil, 22 juin 2009.
Il n'y a jamais eu aucun projet de PIG sur le site Joffre.

En 2013, Mon Dieu, l'Etat veut céder gratuitement le site Joffre pour y construire "des logements en masse". Ralliez-vous inconditionnellement à Moâ etc etc etc...
Vivre à Draveil, février 2013
L'AP-HP cédant gratuitement , ou même avec une décôte un terrain ? Cela a toujours été hautement improbable: depuis 20 ans, l'Assistance publique vend des terrains pour financer de nouveaux hopitaux, elle a également un déficit abyssal à combler...elle n'a pas les moyens de céder gratuitement ne serait-ce qu'un trou de taupe.D'ailleurs:



Vous avez bien lu: Monsieur Georges Tron continue à vous faire peur avec des menaces...imaginaires qui devraient nous conduire à lui obéir aveuglément. Encore une fois, des méthodes extraodinairement médiocres moralement, mais si efficaces pour impressionner les petites gens. C'est tout ce qui compte, non ?

Moralité: le monde ne se résume pas à l'univers nombrilo-binaire de Monsieur Georges Tron (pour ou contre Moâ) et non, ceux qui émettent des doutes sur la qualité du programme promu avec tant de complaisance par Monsieur Tron himself ne sont pas forcément des "supporters masqués du FN" ou..des "porcs solitaires" et autres "sangliers en rut".

La question que nous pose Monsieur Georges Tron est éternelle: comment discuter avec quelqu'un qui ne nous respecte pas ?

Voilà, maintenant nous allons pouvoir évoquer sérieusement le sujet.

lundi 15 septembre 2014

Rétablissons quelques vérités sur les impôts locaux, la suite: non, à Draveil, il n'y a pas de "niveau d'investissement ambitieux".

Est-ce l'arrivée de la taxe foncière dans ma boîte aux lettres ? J'ai encore envie de vous parler des finances locales et plus particulièrement de l'investissement Draveil. Un sujet très souvent évoqué dans notre commune, avec la dette (<-prochain article sur le sujet!). Plongeons-nous sans plus attendre dans une des interviews neuneu de Vivre à Draveil, nouvelles émanations de la Pensée Municipale et ... intarissables recueils de farces et attrapes. 
C'est en mars 2013:
C'est beau,les "impressions" du maire de Draveil.

Dommage que ce soit, encore une fois, un mensonge sans vergogne.

Qu'est-ce donc que "l'investissement" dans une ville ? C'est tout ce que vous pressentez, les ronds-points , les gymnases etc etc etc. C'est aussi le remboursement du capital de la dette (et quelques autres petites choses dont nous ne parlerons pas).La capacité à investir d'une ville se mesure à l'aide d'un indicateur tout à fait officiel: la capacité d'autofinancement, ou CAF. 

Vous avez compris la suite: nous allons examiner la CAF et la CAF nette de Draveil et la comparer aux données des "villes de dimension comparable" comme dit M. Tron. 

Capacité d'autofinancement par habitant
Capacité d'autofinancement nette (ce qui reste quand on a remboursé le capital de l'emprunt)
Enseignement numéro 1: que l'on compte avec ou sans le remboursement de l'emprunt, la capacité à investir de Draveil n'est pas "très nettement supérieure à celle des communes de dimension comparable" comme l'affirme heu...comment s'appelle-t-il déjà ? Elle est très nettement inférieure, et depuis très longtemps.

Continuons à nous illuminer du Verbe Municipal.

mercredi 10 septembre 2014

Rétablissons quelques vérités sur les impôts locaux:à Draveil, la fiscalité locale est défavorable aux familles.

On vous le martèle à longueur d'année...à Draveil On a des taux bas. Donc On est le meilleur. Point barre. 
Oui, mais....
Il y a beaucoup de villes en Essonne où les taux sont plus bas qu'à Draveil. Voire nettement plus bas. Massy, Morangis, Villemoisson-sur-Orge, Tigery, Villebon-sur-Yvette, Chilly-Mazarin, Arpajon et... les champions:   Paray Vieille Poste: taxe d'habitation 3,50% (vous avez bien lu), foncier 11,21% ! Ombre ! Pour des raisons particulières - l'implantation de l'aéroport - dont nous parlerons une autre fois.
Voilà déjà un premier point qui doit vous mettre la puce à l'oreille : les taux, ça ne nous dit pas tout.C'est un paramètre global  qui a évidemment de l'importance -notamment son évolution- mais qui est loin de tout vous dire sur la politique fiscale de la municipalité. 

Il est une notion que vous devez connaître, nous en avons déjà parlé dans le précédent article sur les impôts: les valeurs locatives de la communes
La valeur locative de votre bien dépend de caractéristiques qui lui sont propres et de règles définies au niveau national mais aussi -et ça, la mairie a complètement oublié de vous en parler - de choix de la municipalité: les abattements.
Dans ce premier article, vous  découvrirez, chiffres et explications à l'appui  que les orientations de la politique fiscale à Draveil sont défavorables aux familles. C'est sur cette catégorie de la population que la mairie de Draveil fait peser l'essentiel de l'effort fiscal.
Dans le prochain, vous constaterez qu'à Draveil il n'y a pas de "programmes d'investissements ambitieux" comme on vous le martèle chaque année mais plutôt un sous-investissement chronique, aggravé par des pratiques qui rendent l'investissement local très peu performant.

Allez, on y va pour cette première partie...qui va certainement me valoir un coup de cabas sur le coin de l'oeil!

vendredi 5 septembre 2014

Rythmes scolaires: peut-on limiter les écueils ?

Mardi matin...perplexité et agacement des parents devant l'école. La rigidité du système mis en place par la mairie est critiquée, les familles ne savent pas ce que l'on va faire des enfants à 15h45, fulminent en apprenant que des décisions ont été prises en pleine été, sans aucune concertation préalable ...ni même d'information à la rentrée.

Il ne vous a pas échappé que l'application de la réforme pose des problèmes dans de nombreuses communes: problèmes immédiats - il faut embaucher des intervenants pour les gamins après 15h45 et problèmes de plus long terme: les élus s'inquiètent du financement dans les années à venir. En effet, si le gouvernement a prévu pour les années 2013 et 2014 un  fond d'amorçage pour aider les communes(entre 50 et 90 euros par enfant, 50 à Draveil) , rien aujourd'hui sur la pérennisation de ce fond.

Mais comme souvent à Draveil, les problèmes sont aggravés par le manque d'anticipation, de vision d'ensemble et par la très grande faiblesse de la démocratie locale. Ce sont ces sujets que nous allons aborder ici, avec trois premiers points:

1) les difficultés du nouvel adjoint aux affaires scolaire, M. laurent Rousset
2) la trop faible interaction entre la mairie et les habitants, qui a conduit à ne pas prendre en compte une spécifiité locale: beaucoup de Draveillois travaillent en horaires variables ou décalés
3) la non-prise en compte d'une loi adoptée en 2013 (la loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République) et en particulier des projets éducatifs territoriaux.

On y v a ?

mercredi 3 septembre 2014

Rythmes scolaires: interdire l'accès du périscolaire parce que l'un des parents ne travaille pas, c'est illégal.


Voici le réglement intérieur de l'APS à Draveil:


Entamer une procédure au tribunal administratif ne nécessite pas d'avocat et coûte 35 euros. Il faut simplement respecter quelques règles. En  refusant l'accès aux documents de la ZAC Centre-Ville, Monsieur le Maire m'a appris comment déposer plainte (toujours en instruction), alors...n'hésitez pas à me contacter si besoin est.